Il Tempio di Iside a Pompei

Inserito da: · Maggio 1, 2021

Il Tempio di Iside a Pompei

di

Aniello Langella

 

Iside egiziana è una dea ampiamente venerata, ossequiata, acquisita come nume tutelare della casa, accolta da tutti come madre e protettrice. Madre a tutti gli effetti degli dei e degli uomini, aveva iniziato la sua migrazione nel Mediterraneo, a partire dal III secolo a.C.

Affascinava, il mito di Iside e non dispiaceva anche a quelle culture diversamente radicate nei concetti basilari del mito classico. Piacque a Roma, che oltre ad adottarla come nuova regina di una casta emergente di sacerdoti e di una setta che andava diffondendosi, seppe fare di questa dea un vero e proprio prototipo di bellezza, fascino e soprattutto mistero. Un nuovo astro nell’olimpo pagano romano andava aprendosi consensi e nel tripudio dei cerimoniali, dove i sacerdoti recitavano la parte del leone, Iside trionfava sempre più nell’olimpo romano, come protettrice della casa e mistica figura dai poteri divinatori.

Accadde così, che a Pompei intorno alla metà del II secolo a.C., giungesse, sbarcata chissà da quale nave di commercio, una statua della dea. E fu subito amore a prima vista. La new entry, aveva fatto bingo! Ed i pompeiani la adoravano, andando spesso a trovarla nel suo tempio al Foro Triangolare, per ascoltare forse con curiosità, i sermoni in egiziano dei calvi sacerdoti, tutti unti di oli profumati e vestiti di lunghe tuniche bianche di lino. Il Tempio viveva e rifulgeva di luce propria tra le bellezze del Teatro e dell’Odeon e fu capace anche di accogliere molti adepti. Il 62 d.C., fu un momento tragico per la città di Pompei e non solo per essa. Un terremoto di grande espressione energetica distrusse e lesionò tantissimi edifici, pubblici e privati e toccò anche al Tempio di Iside, subire i danni. Quasi interamente il tempio fu ricostruito per volere di Numerio Popidio Ampliato, attribuendone il merito al figlio di appena sei anni Celsino e questo, per avviarlo ad una fortunata carriera politica. Passarono pochi anni e il Vesuvio che con quel terremoto aveva voluto dare un avvertimento, ricoprì le città, i campi, i monti e ricacciò il mare molte centinaia di metri oltre la battigia.

Tra il 1764 ed il 1766, il Tempio come parte della Pompei orientale venne esplorata dagli scavatori borbonici. Fu il rinvenimento di numerosi oggetti sacri e decorazioni pittoriche di uno dei migliori templi di stampo egiziano, che produsse un notevole interesse in tutta Europa, rendendolo uno dei più visitati. Una eco irrefrenabile. Un passaparola inarrestabile scorreva nelle pagine sui giornali dell’epoca. Era iniziato il Grand Tour e Iside dal suo tempio pompeiano richiamava ognuno a gustare le sue bellezze, invitava tutti a posare sulle sue gradinate, a toccare con mano gli affreschi splendidi. Tra gli ospiti illustri anche il giovanissimo Wolfgang Amadeus Mozart, che qui ispirato, seppe trasferire le emozioni ricevute nel suo grandioso Flauto Magico.

 

 

La stampa del Tempio di Iside in una straordinasia incisione di Francesco Piranesi del 1749 (?)

 

Segue la descrizione dei luoghi in un Viaggio Italiano, tratto da: Domenico Romanelli (1756-1819). Voyage à Pompéi. Parigi, Houdaille et Veniger. 1829

 

 

SULLE TRACCE DEL GRAND TOUR

 

 

Temple d’Isis.
Après être sortis du tribuDal par l’issue qui donue sur la rue, nous trouvâmes, du même côté, le temple d’Isis. Le commerce que celte cité pratiquait, dit l’étranger, avec les négociaus di Alexandrie , qui seuls trafiquaient alors dans les Indes , donna lieu d’adopter ici le culte de cette divinité. Les Pompéiens voulurent sans doute en éterniser la mémoire par tant d’em- blèmes tracés de sacrifices et de rits égyptiens , qu’ils laissèrent à la postérité -, par tant de pein- tures de leurs dieux ; tant de plans géographi- ques de leurs pays ! Il faut dire aussi, ajoutai-je, que , dans quantité de villes anciennes de ce royaume, le commerce avait étendu le culte de la même divinité. J’ai vu un temple sem- blable à Aternum, aujourd’hui Pescara , avec l’inscription tronquée : ATERN. QVI FVIT IN COLLEG ISID : Qui fut dans le collège d’Isis à Aternum. A Naples, àReggio, à Pouzzole et autres cités du royaume j j’ai vu des débris de monumens qui attestaient l’existence an- cienne de ce culte.
Le temple d’Isis à Pompéi est hypœtron, c’est- à-dire découvert, entouré du péristyle ordi- naire, ou portique couvert, soutenu dans les côtés les plus étendus par huit colonnes, et par six sur le fronton. Ces colonnes sont d’ordre dorique sans bases, de neuf pieds et demi de haut. Les dimensions de ce temple ne sont pas de plus de quatre-vingt-quatre palmes de lon- gueur et de soixante-quatorze de largeur. Tout l’édifice est construit en briques , enduites d’un mastic très-dur, dont les anciens faisaient un fréquent usage. Le stj’le en est beau et élégant, mais des architectes expérimentés reconnaissent que les proportions eu sont trop rétrécies.
Le sanctuaire, tout-à-fait isolé dans la partie reculée du temple, est fait pour éveiller l’atten- tion de l’observateur. On y monte par sept degrés revêtus autrefois de marbre blanc. Il consiste dans un petit temple carré voûté cou- vert en tuiles, embelli de stucs dans toutes ses parties intérieures , ayant deux niches dans son frontispice , et une autre dans la partie op- posée. Deux autels sont au fond de ce sanc- tuaire, et de chaque côté” deux élévations, sur lesquelles étaient placées les deux fameuses tables isiaques (i). Un petit, mais élégant ves- tibule, soutenu par six colonnes proportionnées, et orné d’une belle mosaïque , servait d’intro- duction à la cella , ou nef intérieure : là , sur une élévation, se trouvèrent les fragments de l’idole avec l’inscription suivante sur sa base :

L. CAECILIVS
PHOËBUS POSVIT
L. D. D. D.

Lucins Cœcilius Phœbus Va placée dans ce lieu par décret des Décurions Pendant que nous étions occupés à l’observer, nous fûmes avertis par un familier de ces fouilles de ne pas trop nous arrêter dans ce lieu , parce que non loin de là se développe une vapeur homicide, ou gaze acide carbonique, appelé par les paysans mofette , qui donne avec promptitude des douleurs à la tête. La dame dit, à l’occasion de cet avis, que dans tous les temples, les plus fameux de l’antiquité, où l’on rendait des oracles et principalement à Delphes , c’était au moyen de ces vapeurs que \aPjthomsse roulait des yeux égarés , agitait sa chevelure , et se débattait sur son trépied. Tombée dans cet état de paroxisme, les prêtres rusés l’inter- rogeaient au nom de la divinité-, et elle proférait, comme par contrainte et avec peine, quelques paroles entrecoupées, que Von prenait pour résultat de l’inspiration du dieu…. C’est ce gaz qui aura produit l’effet merveilleux sur la sibylle de Cume dans son antre, ainsi que Virgile l’a décrit au VI^ Liv. de l’Enéïde. Sous le trône de l’idole, il est remarquable qu’il existe une petite chambre , ou testudo , ( petite voûte ), où l’on peut soupçonner que les fourbes prêtres se cachèrent lorsqu’ils ren- dirent des oracles au nom delà déesse. Derrière ce petit temple on voit les restes de son esca- lier dérobé. Deux grands autels occupaient les côtés du temple découvert-, le premier à gauche servait à brûler les victimes : et l’autre à droite était chargé des cendres sacrées -, on y eu trouva une grande quantité. Sous ce temple passe l’aqueduc qu’a fait faire le comte de Sarno, et on s’aperçoit que pour ne pas gâter le temple qui était au-dessus et particulièrement les colonues, il dut faire une voûte eu forme de grotte d’une grande étendue. D’autres autels, placés le long des colonnes, devaient servir à répandre sans cesse une fumée d’encens, et a rendre, par ce moyeu plus respectable, ce temple sacré. Auprès de l’autel qui était à gauche, nous vîmes une petite loge découverte , à laquelle aboutissait un escalier souterrain ; il nous sem- bla que c’était un lieu destiné aux purifications, à raison de la cuvette qui était placée dans sa partie la plus reculée. Différents bas-reliefs en stuc en décoraient les murailles.
Dans le mur qui fait face au sauctuaire , était pratiquée une niche, où ou avait peint un Har- pocrate, qui par des motifs tirés du respect que l’ou devait à la religion, faisait signe du doigt que l’on eût à garder le silence. Au-des- sous on trouva un banc en bois presque con- sumé, avec un prie-dieu pour les adorateurs-, et afin de rendre utile l’usage de ce banc, on l’a refait à neuf sur le même modèle, et chacun peut se procurer la satisfaction d’observer ce temple étant assis, et de remonter par la pensée jusqu’au temps du paganisme, que l’aspect de ces lieux semble rendre présent au spectateur. Une découverte remarquable, dit le chevalier, fut celle de deux vases propres à contenir de l’eau lustrale, qui étaient placés à l’entrée de la porte intérieure à côté des colonnes. Ces vases étaient en carré long, de marbre blanc soutenus chacun sur un seul pied, d’un travail fort élégant , avec l’inscription : LONGINVS II VIR-, aujourd’hui on les voit au Musée-Royal. De plus ou a trouvé près de là une espèce de tronc eu bois consumé en partie , et qui conte- nait de la vieille monnaie en bronze : c’était dans ce tronc que la charité publique répandait ses bienfaits.
Dans l’enceinte de ce temple , dit la dame , on aura recueilli quantité d’objets curieux et intéressants, car il était au nombre des plus considérables de Pompéi Parmi les décou- vertes précieuses qu’on y a faites , répliqua le chevalier, celle qu’on met au premier rang, est la rencontre des tables isiaques ( tahulœ isiacœ ), qu’où transporta au Musée-Royal. On y trouva aussi beaucoup de peintures que l’on détacha des murailles , et qui représentaient différents dessins d’architectures : une Isis avec le sistre à la main; un Anubis avec une tête de chien; différents prêtres avec des palmes ou avec des épis-, et l’un d’eux qui tenait une lampe suspendue. On y voyait Y Hippopotame ïlbis, le Lotus , et difiFérentes arabesques figurant des oiseaux et des Dauphius (i)-, la statue de Vénus en marbre, dont les bras, le col et le nombril étaient dorés ; et en outre les statues de Bacchus et de Friape et une àilsis en argile -, les ustensiles en bronze de tout ce qui constitue l’appareil des sacrifices ( et cer- tainement rien de semblable pour la rareté n’a été découvert en aucune autre partie du monde ) : c’étaient des lampes , des candélabres , des réverbères , des trépieds , des lits à l’usage des déesses [lectisteimium) , des coupes, des encen- soirs , des cassolettes , de grands bassins , propres aux sacrifices, des burettes , des mar- teaux, des couteaux j des clairons , des sistres , des cymbales , des goupillons , et enfin les aiguilles augurales pour faire des observations dans les eutrailles des victimes

Ce devait être, dit alors l’étranger, un sanctuaire trés- fréquenté par les gentils , et surtout par les dames qui, tous les jours entraient dans la con- frérie d’Isis : erant incasto Isidis. La quantité
d’autels dédiés à cette déesse en fait foi. Les ministres, loin de croupir dans l’oisiveté^ de- vaient trouver de l’occupation dans l’exercice d’un tel culte. Cette quantité d’instruments qu’on y employait et que nous venons d’éuu- mérer, ne laisse aucun doute sur ce fait. La plus imposante de ses cérémonies était celle des supplications publiques, lorsqu’on faisait usage des lils , où s’asseyaient les divinités, et lors- qu’on leur servait une table somptueuse. Cette grande solennité était destinée à détourner les calamités publiques qui menaçaient l’état. Voilà l’usage que l’on faisait des lectistemia : \esépu- îons, prêtres , qui présidaient à ces festins , les consommaient en réalité.
Après avoir examiné l’intérieur du temple dans chacune de ses parties, nous en sortîmes pour visiter son pourtour. L’habitation des ministres isiaques est à gauche : elle consiste en deux chambres de retraite et une cuisine encore toute reconnaissable par les objets qu’elle présente ; on y voit son foyer et ses fourneaux tout semblables aux nôtres. On y trouva des vases en terre avec des os de jambons ,• et dans un coin des écailles de poissons ; une pièce sert de desserte à cette cuisine : c’est une espèce de dépense ou d’arrière cuisine avec un cellier. Dans la première chambre de retraite , ou découvrit le squelette d’uu prêtre ayant une hache à la main, incliné contre un mur-, vou- lant fuir, il avait déjà franchi deux issues, mais il était trop tard. Un autre prêtre fut trouvé dans la basse cour, derrière le sanctuaire. Ces prêtres étaient probablement occupés à manger, lorsque la pluie de cendres pressa leur sortie ; ‘ car on trouva des os de poulets , quelques œufs jet des vases d’argile dans l’appartement. On découvrit encore d’autres squelettes de prêtres. Il paraît qu’ils périrent tous dans cette enceinte ; soit qu’ils n’aient pu s’échapper, soit que leur religion leur fît un devoir de ne pas abandonner dans le péril la- divinité qu’ils servaient. Les peintures les représentent avec la tête rasée ; leurs vêtements étaient de lin blanc, et leur chaussure était d’un tissu si transparent, qu’on voyait leurs pieds au travers. Tel était le cos- tume ordonné par leur rituel pour faire con- naître que leur déesse avait introduit eu Egypte l’usage du lin. Sortis de l’habitation des prêtres, nous obser- vâmes le lieu saint le plus retiré, qui est der- rière le sanctuaire. Il consiste dans une cour découverte, où l’on ne pénétre qu’en passant SOUS cinq arcades jcette cour a trente palmes de long et quarante- neuf de large; une porte com- munique à une chambre contiguë , qui sans doul e contenait les ornements sacrés. Nous y vîmes un bassin propre à conserver l’eau-, là on put recueillir tous les instruments qui servaient aux sacrifices. Parmi eux, on trouva deux sistres d’un prix inestimable , destinés à accompa- gner, par leur harmonie, toutes les fêtes et les cérémonies isiaques. On y trouva deux lectis- terniu7nj savoir : un en bronze avec des fran- ges d’argent, qu’on voit aujourd’hui restauré au Musée-Royal, et un autre en ivoire, mais qui est en morceaux ; et enfin un chandelier en bronze, qui avait la figure et les feuilles du lotus j plante indigène des marais d’Egypte. Outre ces rares monuments de l’antiquité, on découvrit deux idoles égyptiennes de bazalle d’un grand prix, qui soutenaient sur leurs têtes, avec leurs mains, une vaste coupe. Elles sont aujourd’hui l’ornement du Musée-Royal. On voit encore la chapelle où elles reposaient. La cor- niche de cet édifice, à l’époque du tremblement de terre, fut retournée pour opérer une res- tauration. Elle contenait l’inscription suivante:

M. LUCRETIUS RUFUS LEGAVIT.

Maj’cus Lucretius Rufus l’a léguée par tes- tament.
M. de Saint-Non, dans la distribution qu’il fait de toutes les parties de ce temple , assigne cette chambre et la cour découverte à Tusage des mystères secrets et des cérémonies cachées du culte isiaque auxquels les prêtres seuls et les initiés pouvaient assister. Les emblèmes de leurs divinités, suivant ce qu’il affirme, étaient les statues de Bacchus , de Vénus et de Priape qu’on a trouvées dans ces lieux ; et celle ^Isis y du style égyptien-, qui avait dans la main un instrument en forme de T; c’était peut-être le sistre qui lui était consacré à cause du son aigu qu’on en tirait, qui ressemblait beaucoup à celui que rendent les épis agités par le vent. On sait qu’Isis passait en Egypte pour avoir en- seigné l’art de cultiver les plantes céréales. M. de Saint-Non attribue à l’association aux mystères isiaques qui étaient répandus partout, l’extension de son culte à Pompéi et dans d’autres villes. De plus, dans certaines parties de la cour découverte, ou a trouvé des Hermès , ou des petites colonnes de marbre avec des têtes de différentes divinités, qui servaient peut-être pour délimiter des champs auxquels Isis pré- sidait. Enfin sur le pavé en mosaïque on lisait ces inscriptions à présent totalement effacées.

CORNELIA CELSA
N. POPIDI CELSINI
N. POPIDI AMPLUTI.

Tels étaient les noms de tous les membres de la famille Numerius Popidius Celsiniis , qui fit reconstruire ce temple renversé par le trem- blement de terre, premier désastre qu’éprouva Pompéi. En effet, on remarque dans le temple que les anciennes colonnes avaient été placées à sa restauration différemment de ce qu’elles le furent antérieure ment. On lisait sur le frontispice de ce temple, dans son inscription, un trait de générosité digne d’être transmis à la postérité. Cette inscription est à présent déposée au Musée-Royal. Elle fait connaître « que Numé- » rius Popidius Celsinus, fils de Kumerius, » rétablit de ses deniers le temple d’Isis renversé » par un tremblement de terre ; qu’il fallut le « relever depuis les fondations ; et que pour 3) reconnaître cette action généreuse , les Dé- r> curions l’agrégèrent honorablement à leur » ordre ; qu’il était alors âgé de soixante ans.

N. POPIDIUS, N. F. CELSENUS
AEDEM ISIDIS TERRAEMOTU
COLLAPSAM
A FUNDAMENTIS P. S. PAESTITUIT
HUNC DECURIONES OB LIBERALITATEM
CUM ESSET ANNOR SEXS

ORDINI SLO GRATIS ADLEGERUNT

Le dessin qui représente ce temple tel qu’il est maintenant et tel qu’il avait dû être avant l’éruption volcanique, se trouve dans le voyage pittoresque de M. Després. Son imagination vive et ardente lui a fait concevoir et exécuter la représentation d’une fête isiaque avec tout l’appareil sacré des sacrifices, et le rituel des cérémonies. De plus, on y voit le Dieu Apis , couronné de fleurs, sous la forme d’un bœuf, dans l’altitude d’une divinité placée pour rece- voir les hommages des prêtres qui l’entourent , et qui forment différents groupes avec des sis- tres , des cymbales et des trompettes

Domenico Romanelli (1756-1819). Voyage à Pompéi. Parigi, Houdaille et Veniger. 1829

Questo articolo si trova in: 00 In Rilievo, Archeologia, Storia e cultura

Aggiungi un commento